August 30, 2012

L’Euro, contre la France, contre l’Europe


L’euro nouveau est arrivé ou presque et il doit sembler déjà dépassé pour nos avant-gardistes qui pensent déjà au mundo, juste avant l’universo qui remplaceront l’euro ringard. Tout ceci pour devancer le matraquage médiatique auquel nous avons eu droit sur cette nouvelle donne. On assista à la jonction entre la droite libérale représentée par l’homme à la cervelle d’or :
Valéry Giscard d’Estaing, la gauche sociale-démocrate européiste anti-nationale de Jacques Delors (qui a déjà la physique de l’Européen de demain) et l’apatride d’extrême gauche internationaliste : Con-Bandit reconverti en autorité morale de l’Europe maastrichtchienne.
Depuis longtemps la droite libérale joue l’Europe et selon la formule bien connue « plutôt Hitler que Léon Blum » ceci donne maintenant « plutôt Maastricht que la gauche française », libéraux toujours prêts à trahir et vendre leur pays la main dans la main avec les sociaux-démocrates opposés à leur gauche radicale.
La France va bien sûr perdre une immense partie de sa souveraineté et ce n’est pas rien et il n’est pas évident que dans ce grand saut dans l’inconnu elle y gagne économiquement. Tout laisse même à penser le contraire.
La politique économique française sera réduite pratiquement à néant. La politique monétaire sera décidée à Francfort, la politique budgétaire sera soumise à la contrainte très forte des critères de Maastricht. Quant à la politique de redistribution nationale, trait d’union d’une nation, elle va aussi passer aux oubliettes.

On comprend donc l’accord tacite sur la construction européenne entre les libéraux de gauche ou de droite. La politique salariale ne pourra plus s’exercer dans l’Europe de l’Euro. Quant à la politique fiscale on ne pourra pratiquement plus agir sur aucun levier car il y aura sans doute un alignement des pays. L’Europe de Maastricht va broyer les spécificités nationales sur le plan économique et par contrecoup dans les autres domaines.
On ne comprend l’Euro qu’en termes d’accélération de la mondialisation financière. La concurrence internationale va s’exacerber, l’ultra-libéralisme régner encore plus. Il ne pourra en résulter qu’une augmentation du chômage puisque l’emploi sera forcément la variable d’ajustement. Même Robert Hue a compris cela et il est donc contre l’Euro bien qu’il ne quitte pas le gouvernement avec les ministres communistes. Les restructurations économiques liées à l’Euro s’accompagneront de licenciements massifs.
La monnaie unique ne peut créer que du chômage dans des pays aux productivités et compétitivités très inégales. Avant lorsqu’un pays avait une productivité plus faible la monnaie pouvait être réajustée. Maintenant ce pays sera condamné à ne plus produire dans des secteurs économiques entiers et il en résultera un chômage supplémentaire important avec des poches de sous-emploi. De plus si les biens circulent assez bien comme les capitaux, il n’y a pas de marché de l’emploi européen à part des salariés très qualifiés. Un ouvrier français ne peut du jour au lendemain travailler à Munich, Milan ou Dublin, ne serait-ce qu’à cause de la barrière de la langue. L’emploi n’est pas mobile contrairement à ce qu’ânonnent les libéraux.
Pour toutes ces raisons, la machine infernale lancée par la mise en place de l’Euro est loin de sortir victorieuse.
Certains financiers se demandent déjà quand la monnaie unique va exploser en plein vol c’est à dire quand les intérêts économiques entre les pays seront tellement divergents que certains songeront à sortir de ce carcan. Une monnaie unique n’a jamais été une garantie d’unité politique (exemples de l’URSS et de la Yougoslavie qui avaient une monnaie unique sur leur domaine d’influence).
Il est intéressant de constater que les deux pays les plus riches ne font déjà pas partie de l’Europe de Maastricht, la Norvège refusant de partager son pactole pétrolier, la Suisse sa rente de situation exceptionnelle en termes de richesse.
Les seuls pays qui tiennent vraiment à intégrer la zone de l’Euro sont ceux qui sont petits et/ou pauvres car on comprend aisément les avantages de redistribution qu’ils en retirent. Les pays d’Europe du Sud toujours un peu complexés par le mépris traditionnel de l’Europe du Nord à leur égard en font un point d’honneur. Des trois pays qui comptent vraiment (Allemagne, France, Grande Bretagne) les Allemands n’ont aucun intérêt économique à l’Euro, leur économie est suffisamment forte pour être autonomes. On leur fait donc payer par l’Euro leur réunification et la honte de leur Histoire qu’on doit continuer à leur inculquer à perpète pour qu’ils acceptent le jeu de l’Europe. Le vieillard malade qui gouvernait la France au moment de la chute du mur de Berlin a eu une peur sénile de l’Allemagne qui venait des fonds des âges. Les Anglais, peuple nationaliste ayant gardé sa fierté, ont toujours traîné les pieds. Le seul pays qui cherche à tout prix à disparaître est donc la France empêtrée et avachie dans ses valeurs nihilistes d’égalité et d’universalisme. Les Français ne croient plus en eux, en leur destin, engloutis par une immigration sans fin et veulent donc entraîner dans leur disparition tous les autres pays. Voilà donc les fondements sur lesquels a été basée la construction européenne actuelle.
Pour certains, l’euro ne devrait durer qu’une douzaine d’années après sans doute bien des déboires.
Le seul avantage de l’Euro était de créer à priori une monnaie européenne face au dollar mais cela est surtout vrai pour la France car le mark était déjà une monnaie internationale (14 % des réserves de change mondiales, contre 62 % pour le dollar, 1,7 % pour le franc).
On comprend donc les réticences allemandes pour l’Euro qui n’était vraiment pas une nécessité pour eux.
Quant aux Français, ils doivent savoir que le franc n’est pas encore enterré et qu’on peut le voir réapparaître dans quelques années au moment où le système mis en place explosera. 

PATRICE GROS – SUAUDEAU STATISTICIEN ÉCONOMISTE
http://infonatio.unblog.fr/2012/08/30/leuro-contre-la-france-contre-leurope-2/

No comments: